L'Alambic, projet finaliste aux Trophées de la Construction 2020

Mardi 15 septembre 2020

Les Trophées de la Construction mettent en lumière et récompensent les réalisations les plus pertinentes et innovantes du secteur de la construction, ainsi qu'à travers elles, celles et ceux qui les ont fait naître.

En 2017, le musée Stella Matutina a été primé aux Trophées de la Construction, lauréat de la catégorie Rénovation ERP.

En 2020, le projet du Pôle Culturel et Sportif de Trois-Bassins, nommé l'Alambic est finaliste dans la catégorie construction neuve ERP.

Niché à près de 800m d’altitude, ce nouveau pôle culturel et sportif est contraint par les fortes pentes et le climat “humide” et changeant des “Hauts” qui caractérisent le bourg d’altitude de Trois Bassins, à l’Ouest de La Réunion. 

Suivant l’analyse des éléments du programme, l’exigence de performance environnementale du Maitre d’Ouvrage porte particulièrement sur les cibles suivantes :

  • Durabilité - Pérennité des ouvrages : un projet sobre et durable
  • Gestion de l’entretien / maintenance : des coûts d’exploitation (consommations, entretien, maintenance) minimums et en cohérence avec les moyens humains et économiques de la commune de Trois-Bassins.
  • Confort hygrothermique : confort d’été et d’hiver, hygrométrie maitrisée dans les locaux de conservation d’ouvrage.
  • Confort visuel : accès à la lumière naturelle, tout en évitant l’ensoleillement direct

Une architecture bioclimatique

Le plan de masse résulte d’une démarche très contextuelle qui s’appuie sur l’histoire du lieu et les  contraintes fortes topographiques et climatiques (vents, orientations ouest, humidité persistante). Les différents éléments du programme s’organisent dans trois bâtiments implantés parallèlement à la pente. Ces entités sont distribuées par une large circulation protégée, perpendiculaire, qui relie un parvis haut et un parvis bas. Cette galerie est la continuité d’un axe urbain structurant la ville. Elle confirme ainsi le caractère public de cet équipement à la hauteur des ambitions de la ville.

Une implantation dictée par les contraintes environnementales

Les bâtiments s'implantent sur deux plateformes successives afin de limiter les terrassements et d’offrir de larges vues vers le grand paysage vers l’Ouest. Ils bénéficient ainsi des vents propices à la ventilation des espaces intérieurs (brise thermique Ouest-/Est). Les patios intérieurs, conçus comme des puits dépressionnaires, accentuent la circulation d’air dans les espaces. L’utilisation du zinc a été optée pour la toiture, un matériau nécessitant très peu d’entretien et 100% recyclable.

Une architecture sobre et intégrée

La volumétrie simple propose des gabarits bas, cohérents avec les constructions avoisinantes. Le projet se développe sous une grande toiture protectrice et enveloppante. Donnant naissance à de multiples patios qui permettent l'ouverture généreuse des espaces de consultation vers des jardins intérieurs. Lieux privilégiés, intimes et isolés des contraintes urbaines.

Des espaces évolutifs

Les cloisonnements internes en maçonnerie lourde sont limités: l’ensemble de la zone de consultation constitue une surface libre, sans mur porteur, et donc totalement flexible et évolutif.

Un bâtiment low-tech

Un des fondements de ce projet est la quasi absence de systèmes de climatisation ou de chauffage “actifs”. La climatisation se limite aux locaux de conservation des livres, pour lesquels une déshumidification est prévue.  L’auditorium est simplement équipé d’une ventilation mécanique à débit règlementaire pour l’hiver, et a débit nettement plus élevé en été.

images-news

Perspective - vue aérienne

images-news

Le patio : conçu comme un puits dépressionnaire, accentue la circulation d’air dans les espaces.

images-news

Le zinc : opté pour la toiture, un matériau nécessitant très peu d’entretien et 100% recyclable.